Robertfred.com, poésie. "Aimer, sinon c’est faux"

Univers

Nul ne rend
Nul ne trouve,
                Ici laissé les os.

Le corps se tord
Les ors s'hélassent
                Le coeur bat.

La rivière coule
Le corps s'estompe
                L'art se construit...

Il n'y a plus
Ni début ni fin
Ni vers...
                Tout est.

Bookmark and Share